8 Mars: Fête de la femme ou Journée International des droits de la femme?

Ce jeudi 8 Mars 2018, le monde célèbre la journée internationale de la femme, comme formellement formulée par l’ONU. En Occident, on préférera journée internationale des droits de la femme, comme pour orienter sur l’utilité de cette journée. Mais en Afrique, que célèbre-t-on au juste ?

Les opérateurs publicitaires ont commencé à affûter leurs armes depuis quelques semaines. La veille de cette journée symbolique pour la femme, ils déploient leur artillerie : réduction sur des produits de beauté (parfum, vernis, mèches…) ou sur les couverts. Des produits spécialement dédiés à la femme, dira-t-on. Certaines entreprises offrent tout simplement à leur personnel féminin des bons d’achat dans des enseignes de décoration ou d’ameublement ou tout simplement des cadeaux féminins.

Dans certains milieux féminins, aussi, la journée internationale de la femme est réduite à la même teneur. Causeries dont le contenu ne reste qu‘à leur seul niveau (jamais aux oreilles de l’employeur), belles tenues, bouffe, de quoi confondre cette journée avec la Fête des mères ou la Saint-Valentin. Certaines exigeant même des cadeaux. Une commémoration à perspective militante qui tend parfois à s‘étouffer dans les détails.

Des gouvernements à la traine

Et pourtant, difficile d‘énumérer toutes les revendications auxquelles doivent prétendre les femmes. Le récent scandale sur les abus sexuels qui a secoué le monde illustre bien le rapport de force disproportionné qui oppose l’homme et la femme en ce XXI siècle.

Un rapport de force déséquilibré qui se ressent aussi bien dans les grilles salariales. Pratiquement, partout au Monde, à poste égal et compétences égales, un homme et une femme toucheront rarement le même salaire.

La raison notamment à un écosystème qui attribue de facto à l’homme toutes les responsabilités familiales. Cette présomption va d’ailleurs se ressentir dans l’imposition des impôts. Là où un homme bénéficie automatiquement des allocations familiales pour chaque enfant déclaré, la femme devra, dans le cas d’un enfant à charge, produire un jugement de tutelle qui lui confère la charge de l’enfant.

Que dire de la matérialisation flagrante et exagérée de la femme dans le monde publicitaire, de la musique ou encore du cinéma. Où bien de spots publicitaires, même d’air conditionné ou de véhicules, mettent en avant des femmes en petite culotte. Inutile de repasser en revue le quotidien fait de misogynie, de stéréotypes, de sexisme au bureau, dans la rue, au guichet d’une banque ou au restaurant.

Ces combats sont loin d‘être résolus. S’il est vrai qu’une seule journée dans l’année ne suffira pas à les remporter, elle a au moins le mérite de donner un large écho à la parole féminine. Alors, autant la mettre à profit.

About Mohamed Amine BOURHIL

Laisser un commentaire